LA MISSION EN FRATELLI TUTTI. Willians Roque de BRITO

Le 3 octobre 2020, la veille de la mémoire de saint François d’Assise, le Pape François a surpris le monde avec sa lettre encyclique intitulée Fratelli Tutti – Tous frères. Il y a appelé les chrétiens et toute personne de bonne volonté à s’engager, d’un cœur ouvert, pour le même idéal, par lequel on puisse construire des liens de fraternité et d’amitié sociale. Dans ses paroles, le Pape François nous a rappelé « Comme c’est important de rêver ensemble ! […] Seul, on risque d’avoir des mirages par lesquels tu vois ce qu’il n’y a pas ; les rêves se construisent ensemble » (Fratelli Tutti, n.8).

Lisez le document complet en PDF : LA MISSION EN FRATELLI TUTTI. Willians Roque de BRITO fr

La Révision de Vie, école de fraternité. Manuel POZO OLLER

Représenté

Retrait de la Fraternité Sacerdotale
Iesus Caritas de l’Espagne

Galapagar, Madrid, Août, 2022

I Que dit le Directoire ?

« C’est surtout dans la Révision de Vie que la fraternité exerce sa fonction de règle de vie. On parle beaucoup de révision de vie, mais en indiquant des réalités différentes : échanges différents, études évangéliques, révision de vie apostolique. Pour nous, en fraternité, la Revue de Vie est un acte de foi commune, dans lequel nous partageons des événements, des inquiétudes, des espoirs et des déceptions, une lecture commune de la vie pour y découvrir les appels du Seigneur (…)

La Révisoon de Vie est avant tout un regard contemplatif sur l’action de l’Esprit Saint dans nos vies. Et en même temps, c’est le moyen d’une conversion permanente qui doit aussi atteindre le meilleur de chacun, être toujours disponible aux appels du Seigneur, précisément là où on ne les attendait pas, là où on ne l’avait pas vu ni entendu jusqu’à présent. . La Révision de Vie nous aide à découvrir le Seigneur qui est toujours plus grand, toujours différent et même déconcertant pour nous.
Il y a une unité de processus entre la Révision de Vie et les autres moyens de la Fraternité. La Révision de Vie se prépare de préférence au désert, toujours dans la prière et, si possible, par écrit. Il vaut mieux ne pas le faire que de l’improviser. Elle suppose un climat de prière, d’écoute de la Parole de Dieu, d’attention les uns envers les autres. Il n’y a pas à craindre les moments de silence. Il faut avoir le courage de se remettre en question, délicatement, mais franchement, sans crainte de tensions et d’éventuelles confrontations. La fausse amitié est la mort des vraies révisions de vie et donc de la fraternité.
Réaliser un Bilan de Vie implique un engagement de chacun à réaliser ensemble les appels reçus. Chacun doit se sentir responsable et solidaire des autres.
Une authentique Révision de Vie peut nous introduire au mystère de la mort et de la résurrection du Christ à l’œuvre en nous. Et, parfois, cela nous conduira au sacrement de la réconciliation».

II Comprendre RV comme une école d’écoute, de discernement et de fraternité

Avec l’adoration, c’est le point fort de la Retrait. Son objectif est de nous aider à avoir une vision contemplative de la vie, de la réalité. Voir la vie à travers les yeux de Dieu.
Ce n’est pas une simple technique de rencontre fraternelle ou de groupe. Essayez d’éduquer un cœur contemplatif.

Ce n’est donc ni confession ni direction spirituelle. aucun outil pour comprendre ou interpréter.
Il s’agit de:
1. Une manière de rechercher la présence de l’Esprit Saint dans nos vies, en parlant avec nos frères afin qu’à partir de la recherche ils puissent nous aider à trouver la volonté de Dieu. Ce n’est pas demander conseil, mais discerner ensemble. Le RV se prépare dans l’adoration et le silence
2. Une manière de lire l’Evangile dans la vie des hommes, et une manière de lire l’Evangile dans l’Eglise. Lisez dans les faits, et en groupe, les motions de l’Esprit.
3. Une rencontre avec Jésus aujourd’hui, un Jésus qui vit dans les réalités du monde et des hommes d’aujourd’hui.
4. Une question sur ma façon d’être et de vivre, à travers ce que vivent les autres.
5. Une participation fraternelle à la vie des frères.

Comment c’est la préparation?

Il se prépare dans l’adoration et le silence. Un temps de silence où se mêlent réalités de la vie et adoration.

III La vie fraternelle et la RV

Dans la Fraternité, la RV doit aussi être de partager la manière dont la relecture de la vie nous ramène aux intuitions de Charles de Foucauld et de la Fraternité : adoration, Évangile, souci des pauvres et être frères, comme Jésus.

* Son fondement théologique est l’expérience biblique que le Seigneur partage avec son peuple et avec ceux qui forment sa propre histoire, faisant de l’histoire de chacun une histoire de salut. Ce regard contemplatif nous aidera à apprendre à voir le double visage de chaque situation. Il y a un premier aspect que nous voyons, et en arrière-plan une touche de Dieu.
* En plus d’être le matériau que nous regardons de manière contemplative, c’est le moyen d’une conversion permanente. Chaque fois que nous allons au camping-car, nous y allons dans une attitude de conversion, prêts à voir quelle partie de nous doit changer, celle des autres, pour les aider à lire la route.
* Vivre le RV ensemble, c’est vivre une expérience de Dieu, énorme, à travers les situations que nous présentons dans le RV : nous voyons la providence de Dieu et son amitié.
* C’est pourquoi il provoquera parfois une action de grâce. D’autres, une demande de pardon, ou une demande d’aide pour réaliser ce que nous voyons.
* Les mots sont aussi importants que les silences. Tranquillement. Il y a des silences intéressants, de soi ou du groupe, à respecter, à intérioriser, à demander de l’aide, à laisser pénétrer ce que l’on entend. Nous devons respecter le rythme que la communication sérieuse exige de nous.

Manuel POZO OLLER, fraternité de l’Espagne

PDF : La Révision de Vie, école de fraternité. Manuel POZO OLLER fr

Frère Charles et mère abbesse

Charles de Foucauld, le « petit frère universel », sera canonisé à Rome le 15 mai. Entre 1898 et 1900, l’officier de cavalerie devenu trappiste effectue plusieurs séjours chez les clarisses de Jérusalem. L’abbesse, sœur Élisabeth du Calvaire, jouera un rôle déterminant dans son cheminement spirituel et l’approfondissement de sa vocation. À Jérusalem, le souvenir de Frère Charles est toujours vif chez les clarisses.

Il y a un fou qui demande à parler à Notre Très révérende Mère ! » C’est ainsi que la portière du monastère Sainte-Claire de Jérusalem se souvient encore dans les années 1960 avoir annoncé, vaguement inquiète, l’arrivée de Charles de Foucauld à son abbesse, Sœur Élisabeth du Calvaire, en 1898. Et Frère Charles, qui avait tout entendu, de renchérir : « Oui, oui, c’est un fou ». Il est vrai qu’avec son accoutrement bizarre et ses manières trahissant une parfaite éducation, cet homme encore jeune intrigue. À cette époque, le vicomte de Foucauld, exofficier de cavalerie, traverse une période de recherche spirituelle. Après s’être converti en se confessant à l’abbé Huvelin (1886), il devient trappiste (à Notre-Dame-des-Neiges puis à Akbès en
Syrie), mais, constatant que ce n’est pas sa voie, il quitte l’Ordre et rejoint la Terre sainte, et plus précisément les clarisses de Nazareth, où il devient l’homme à tout faire de la communauté.

Lire le document complet en PDF : Frère Charles et mère abbesse