Charles de FOUCAULD, histoire d’un encroyable amour

Bernard Martino a réalisé le documentaire sur Charles de Foucauld alors qu’il n’avait pas encore été béatifié par le pape Benoît XVI, le 13 novembre 2005.

Rien ne semblait prédisposer cet aristocrate fortuné à quitter un jour son uniforme et sa vie de brillant officier pour revêtir un simple habit blanc frappé du coeur de Jésus et s’installer dans un ermitage en plein Sahara… “Homme du monde”, il s’est soudain senti appelé à devenir frère des hommes, frère universel. Si Dieu voulait faire passer un message par un homme comme celui-là, pourquoi a-t-il choisit cet homme là et comment a-t-il réagi aux inspirations qui lui ont été donné, s’interroge le père Antoine Chatelard.

Vivant depuis 1953 à Tamanrasset comme l’avait fait avant lui Charles de Foucauld, le prêtre Antoine Chatelard choisit quelques événements clés de la vie de Charles de Foucauld illustrant à quel point il a mis ses pas dans ceux de Jésus. De sa conversion au sacrifice de son amour pour sa cousine au profit de son amour de Jésus à l’appel missionnaire auprès des plus pauvres, Charles de Foucauld incarne le religieux au service des hommes. Ayant longtemps appelé la mort, il meurt assassiné en 1916 quand il souhaitait le plus ardemment vivre pour réaliser sa mission.

Son extraordinaire rayonnement a donné naissance à une dizaine de congrégations religieuses et d’associations de vie spirituelle. Elles perpétuent aujourd’hui l’esprit et la mission du Père de Foucauld: “nous identifier au Christ”, celui qu’il nommait “Jésus-Amour”.

Charles de Foucauld. Histoire d’un incroyable Amour

 

Webinaire Charles de FOUCAULD, sur Zoom, 27-28 avril 2021

« A l’écoute de Charles de Foucauld, un chemin pour la mission »

Mardi 27 avril 2021

  • 9h : Ouverture du Colloque par Sr Colette Hamza et P. Vincent Feroldi
  • 9h15 : Entrée dans la vie de Charles de Foucauld par une œuvre cinématographique d’Hervé Marcotte conçue pour le colloque
  • 9h45 : « Comment la relation avec l’islam oblige à entrer dans un autre paradigme missionnaire ? » par le P. Christian Salenson
  • 11h : Pause
  • 11h15 : Témoignage du P. Jean-François Berjonneau, prêtre, assistant général de la Fraternité sacerdotale JESUS CARITAS de 2012 à 2019
  • 14h : Accueil
  • 14h15 : Témoignage de Sr Elodie Blondeau, petite sœur du Sacré-Cœur de Charles-de-Foucauld
  • 15h : « Charles de Foucauld et la vocation de l’Eglise à la catholicité » par Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille et président du Conseil pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 : Atelier sur la mission
  • 17h45 : Clôture de la 1ère journée

Mercredi 28 avril 2021

  • 9h : Accueil
  • 9h15 : Témoignage de Mme Nadia Costes, professeur des écoles et membre de la Fraternité séculière Charles de Foucauld.
  • 10h00 : « De l’ostensoir à la porte ouverte. La place de l’Eucharistie dans la vie fraternelle et missionnaire de Charles de Foucauld » par le P. Jean-François Berjonneau, prêtre, assistant général de la Fraternité sacerdotale JESUS CARITAS de 2012 à 2019
  • 11h15 : Pause
  • 11h30 : Témoignage de Mr Hervé Marcotte, co-auteur du film Sur les pas de Charles de Foucauld
  • 13h45 : Accueil
  • 14h00 : « Avec Charles de Foucauld, choisir la fraternité » par Mgr Claude Rault, père blanc, évêque émérite de Laghouat-Ghardaïa
  • 15h : Atelier sur la fraternité
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 : Ressaisie des deux journées et conclusions
  • 17h : Fin du colloque

MODE d’EMPLOI POUR S’INSCRIRE

Le colloque se tiendra en visioconférence sur ZOOM :

  1. Mardi 27 avril 2021 de 9h à 12h, puis de 14h à 18h
  2. Mercredi 28 avril 2021 de 9h à 12h, puis de 14h à 17h

Pour s’inscrire, vous devez prendre votre ordinateur !
Il faut vous connecter sur le site :

https://charlesdefoucauld2021-visio.venio.fr/fr

Vous êtes sur la page d’accueil du site Venio : « Webinaire Charles de Foucauld ».

  • A droite, vous allez cliquer sur Choisir (en bleu) sous « PARTICIPANTS. Inscriptions pour les participants » ;
  • Vous êtes sur votre fiche d’inscription. Vous la remplissez entièrement et vous cliquez sur S’inscrire (en bleu) ;
  • Vous arrivez sur la page d’informations de vos coordonnées. Vous la vérifiez et vous confirmez vos informations ;
  • Vous accédez maintenant à la page du paiement des 20 € que vous réglez avec votre carte bancaire.
  • L’inscription au webinaire vous donnera la possibilité de participer à l’ensemble du webinaire : film, conférences, témoignages et ateliers.

Venio vous enverra par mail votre confirmation d’inscription.

Bonne inscription !

Je reste à votre écoute par mail si vous avez quelques soucis !!!

PDF: Webinaire Charles de FOUCAULD, sur Zoom, 27-28 avril 2021

Les signes du Ressuscité. Retraite de Pâques de la fraternité de l’Espagne. Fernando E. RAMÓN

«Lorsqu’ils descendaient de la montagne, il leur ordonna de ne dire à personne ce qu’ils avaient vu jusqu’à ce que le Fils de l’homme ressuscite des morts.
Cela est resté avec eux et ils ont discuté de ce que cela signifiait par ressusciter d’entre les morts »(Mc 9: 9-10).

La résurrection n’est pas si facile à comprendre. Les disciples de Jésus eux-mêmes, les apôtres, n’avaient pas compris ce que Jésus voulait dire quand il parlait de «résurrection». Quand ils descendent du mont Thabor, après l’expérience de la transfiguration, qui est un avant-goût de la résurrection.

Peut-être connaissons-nous déjà le langage et parlons-nous de «résurrection» comme un concept théorique ou théologique que nous lions à la personne de Jésus. Mais je ne suis pas absolument convaincu que nous sachions comment le traduire dans notre expérience de la vie quotidienne. Il peut nous arriver, comme les apôtres de Jésus, que le message nous semble souvent incompréhensible.

– Quand je parle de «résurrection», qu’est-ce que je veux dire? Quelles images m’aident à comprendre et à interpréter ce terme?

“N’ai pas peur. Cherchez-vous Jésus le Nazaréen, le crucifié? Il n’est pas ici. Il est ressuscité. Regardez où ils l’ont mis. ” (Mc 16,6).

Jésus au cours de sa vie a été identifié comme le Nazaréen, pour des raisons évidentes. Ce ne devrait pas être un lieu reconnu pour quoi que ce soit en particulier. C’est une ville anonyme, qui n’apparaît pas dans l’Ancien Testament. Nathanael lui-même se demande: “Quelque chose de bon peut-il venir de Nazareth?” (Jn 1,46).

– Pourquoi suis-je reconnaissable? À quoi les gens qui me connaissent s’identifient-ils?

“Les autres disciples lui dirent:” Nous avons vu le Seigneur. ” Mais il (Thomas) leur a répondu: «Si je ne vois pas la marque des ongles dans vos mains, si je ne mets pas mon doigt dans le trou des ongles et ne mets pas ma main dans leur côté, je ne le crois pas »(Jn 20 25).

Après sa mort, Jésus change d’identité, il est reconnu comme «le crucifié». Les blessures aux ongles et la marque de lance sur le côté servent à identifier le ressuscité avec le crucifié. C’est le même Jésus qui a parcouru les routes de Galilée et de Judée, celui qui a touché les lépreux de ses mains, celui qui a guéri les malades et a rompu le pain de ses propres mains pour le distribuer aux affamés. Ces mains et ces pieds, percés par les clous lors de la crucifixion, sont ceux qui sont présentés à ses disciples dans les apparitions comme un signe de reconnaissance et d’identification. Le disciple Thomas est celui qui demande à voir les signes qui identifient le Ressuscité avec le Jésus qu’il avait connu dans sa vie publique.

L’expérience de la résurrection est personnelle, on peut dire que subjective, devant les mêmes signes un disciple croit immédiatement et un autre est perplexe et surpris, il semble qu’il n’a pas encore franchi le pas de la foi. C’est ce qui arrive avec Pierre et Jean le matin de Pâques, lorsqu’ils sont avertis par Marie-Madeleine que le tombeau est ouvert. Pedro entre le premier et voit les toiles sur le sol et le linceul enroulé dans un endroit séparé. Il est étonné de l’absence du corps de Jésus. Cependant, Jean entre derrière et, voyant la même chose que Pierre, croit immédiatement que Jésus est ressuscité. le

Le tombeau vide et les bandages qui avaient recouvert le corps de Jésus en disent long sur lui.

Nous avons chacun nos propres signes, des expériences très personnelles, qui nous ont aidés à croire en la résurrection de Jésus. Il est vrai qu’après, nous partageons la foi, avec le reste des croyants, mais tout cela fait partie d’une rencontre personnelle avec le Ressuscité, dans des signes qui nous parlent.

– Quels signes ai-je découverts dans ma vie, dans mon expérience personnelle, qui m’ont aidé à croire que Jésus est vivant, qu’il est ressuscité en conquérant la mort?

Comme pour le Ressuscité, tous les croyants – y compris nous – ont nos vies marquées par des signes de résurrection.

La résurrection est une expérience dans le présent, dans l’aujourd’hui de notre vie. Nous ne devons pas penser que la résurrection est une garantie de l’avenir, quelque chose qui n’arrivera qu’à la fin de notre pèlerinage à travers ce monde. Paul, dans la lettre aux Colossiens, en parle comme d’un événement qui a déjà été vérifié en nous par la foi. Si vous avez été ressuscité avec Christ… alors notre vie doit montrer les signes de la résurrection. Nous ne pouvons pas vivre comme des hommes sans espoir.

1) Le premier signe de la résurrection, qui devrait marquer notre vie, est la joie. C’est ce qui caractérise la rencontre du Ressuscité avec ses disciples. «Et les disciples étaient ravis de voir le Seigneur» (Jn 20, 20). Il ne s’agit pas d’une joie ponctuelle, qui se limite à ce moment de la rencontre. Cette joie doit être présente et manifestée à tous les moments de notre vie. Chaque circonstance, même la plus douloureuse, peut être vécue avec la joie qui naît de cette rencontre avec le Seigneur.

Frère Charles a également vécu cette joie et nous en parle:

Vous êtes ressuscité et vous montez aux cieux! Vous êtes donc dans votre gloire! Tu ne souffres plus, tu ne souffriras plus, tu es heureux et tu le seras pour toujours … Mon Dieu, que je suis heureux, parce que je t’aime! C’est pour vous que je dois avant tout prendre soin de moi. Comment ne pas me réjouir, comme je dois être satisfait! … Mon Dieu, tu es béni pour l’éternité, tu ne manques de rien, tu es infiniment et éternellement heureux! Moi aussi je suis heureux, mon Dieu, car c’est Toi que j’aime par-dessus tout. Je peux vous dire que je ne manque de rien … Que je suis au paradis, que quoi qu’il arrive et ce qui m’arrive, je suis heureux à cause de votre béatitude.

Résolution. – Quand nous sommes tristes, découragés de nous-mêmes, des autres, des choses, pensons que Jésus est glorieux, assis à la droite du Père, béni pour toujours, et que si nous l’aimons comme nous le devrions, la joie de l’Être infini il doit être infiniment au-dessus de nos âmes, les peines qui viennent de l’épuisement et, par conséquent, avant la vision de la joie de Dieu, notre âme doit être jubilatoire et les douleurs qui la noient disparaissent comme les nuages ​​devant le soleil; notre Dieu est béni. Réjouissons-nous sans fin, car tous les maux des créatures sont un atome à côté de la joie du Créateur! Il y aura toujours de la tristesse dans notre vie, il doit y en avoir, à cause de l’amour que nous portons et nous devons porter en nous tous les hommes; aussi à cause du souvenir des douleurs de Jésus et de l’amour que nous éprouvons pour lui; à cause du désir que nous devons avoir pour la justice, c’est-à-dire pour la gloire de Dieu et la douleur que nous devons éprouver en voyant l’injustice et Dieu insulté … Mais ces douleurs, si justes soient-elles, ne doivent pas durer dans notre âme , ne devrait pas être plus que des passagers; ce qui doit durer, c’est notre état ordinaire; c’est ce à quoi nous devons revenir sans cesse; C’est la joie de la gloire de Dieu, la joie de voir que maintenant Jésus ne souffre plus et ne souffrira plus, mais qu’il est heureux pour toujours à la droite de Dieu.

(Annotations d’une retraite faite à Nazareth du 5 au 15 novembre 1897)

2) Le deuxième signe doit être la foi. L’événement de la résurrection et la rencontre avec le Ressuscité nous amènent à croire en Dieu. C’est Lui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts et l’a ressuscité de la tombe. La foi nous place devant la réalité avec de nouveaux yeux, avec un regard profond. La foi illumine toute réalité. Toute création, chaque personne, nous renvoie au Créateur. Nous pouvons trouver des graines de l’amour de Dieu partout où nous regardons. Dieu est derrière chaque personne et tout.

Pour Frère Charles, la foi nous facilite la vie:

Que nous sommes heureux de croire! Que la vérité est belle, grande et pure! Et comme la vie humaine devient claire à la lumière de la foi, cela devient simple!
Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui ne vient que de Dieu? (Jn 5,44). Pour croire, il faut s’humilier, se faire petit, il faut avouer que l’on a peu d’esprit, admettre un certain nombre de choses qui ne sont pas comprises, obéir à l’enseignement de l’Église, en recevoir la vérité, parfois dans un façon quelque peu grossière., d’une bouche parfois malhabile, soumettre le jugement, obéir en esprit … et croire humilié, car croire c’est croire qu’on est un pécheur, qu’on ne peut rien faire par soi-même, qu’il abuse tous les jours de mille grâces oui un idéal divin et voir jusqu’où on est, c’est voir la bonté de Dieu et notre ingratitude …

(Méditations sur les passages relatifs aux saints évangiles. Nazareth, 1897)

3) Le troisième signe est une vie transformée. Paul nous invite à aspirer aux biens d’en haut, pas à ceux de la terre. «Si vous avez été ressuscité avec Christ, cherchez les biens d’en haut (…); Aspirez à ce qui est au-dessus, pas à ce qui est sur terre »(Col 3,1). Nous ne pouvons pas nous contenter ou rester uniquement avec des choses matérielles, ou penser que seules elles nous donneront le bonheur dont nous rêvons. Nous avons besoin du matériel, sans aucun doute, mais nous avons également été créés pour le spirituel. La rencontre avec Jésus ressuscité change notre vie, lui donne de la profondeur, de la profondeur. Demandez que nos actions aient un sens et expriment la centralité de cette rencontre et de cette présence en nous. C’est aussi Paul qui dit: «Je vis, mais ce n’est pas moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. Et ma vie désormais dans la chair, je la vis dans la foi du Fils de Dieu, qui m’a aimé et s’est donné pour moi »(Ga 2, 20). On ne peut pas rester dans le superficiel, il faut aller au plus profond de soi car là se déroule la rencontre avec Dieu.

Charles de Foucauld se réfère à son Seigneur Jésus comme modèle unique et nous dit:

Suivons ce modèle unique; alors nous serons sûrs que nous faisons ce qu’il faut, parce que nous ne serons plus ceux qui vivent, mais celui qui vit en nous, et nos actes ne sont plus nos pauvres et misérables actes humains, mais les siens, divinement efficaces.

4) Et un dernier signe que je veux souligner est la communion, la fraternité. Le Christ est ressuscité et a fait de nous membres de son corps. Cela nous unit de manière permanente et irrévocable. Nous ne suivons pas le Seigneur seul, en tant qu’individus, mais en communauté. Nous célébrons la foi avec nos frères et sœurs et cette foi nous amène à aimer tout le monde, même ceux qui ne croient pas. La résurrection de Jésus rejoindra les disciples qui s’étaient dispersés. «Au bout de huit jours, les disciples étaient de nouveau à l’intérieur et Thomas avec eux» (Jn 20, 26). C’est aussi une source de communion et d’unité pour nous, dans nos fraternités, pour notre Église et pour notre monde.

Frère Charles est aussi un enseignant de la fraternité, il avait un style de vie accueillant, surtout avec les plus pauvres et les plus éloignés du Seigneur.

La Fraternité est la maison de Dieu dans laquelle chaque pauvre, chaque hôte, chaque malade est toujours invité, appelé, désiré, accueilli avec joie et gratitude par les frères qui l’aiment, qui ont une tendre affection pour lui et qui le considèrent. son j’entre sous leur toit comme l’entrée d’un trésor: ils sont, en fait, le trésor des trésors, Jésus lui-même.

La Fraternité est un port, un rétablissement dans lequel chaque être humain, surtout s’il est pauvre ou malheureux, est, à tout moment, invité fraternellement, désiré et accueilli.

La Fraternité est le toit du Bon Pasteur.

QUESTIONNAIRE POUR LA RÉVISION DE VIE

1. Comment puis-je considérer l’état de joie dans ma vie? A quels moments est-ce que je ressens une joie croissante et plus grande? Quelles réalités, quels événements, quelles personnes me rendent heureux?

2. Quels éléments soutiennent ma foi et lui donnent de la force? Quelles réalités mettent ma foi en crise et me rendent difficile de croire?

3. Est-ce que je considère que ma vie a un sens? Est-ce que je pense que je révèle la présence du Seigneur ressuscité en moi? Quels éléments de ma vie devraient changer pour mieux exprimer ma condition de disciple de Jésus?

4. La fraternité est l’un des éléments fondamentaux de notre spiritualité:
Que puis-je faire à Pâques pour améliorer ma relation avec les membres de ma fraternité? Comment prolonger l’expérience de la fraternité dans nos presbytères, dans nos communautés paroissiales, dans notre Église et dans notre monde?

Fernando E. RAMÓN CASAS

(Note du traducteur: merci de votre compréhension et votre compassion)

PDF: Les signes du Ressuscité. Fernando RAMÓN, Retraite Pâques 2021

L’expérience du Ressuscité en Charles de FOUCAULD. Retraite de Pâques 2021 de la fraternité de l’Espagne. Aquilino MARTÍNEZ

“Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vaine, votre foi est aussi vaine”(1 Co 15, 14)

Quand j’ai pris la décision de faire partie de ceux qui offriraient quelques mots dans cette retraite de Pâques, de cette Pâques unique au milieu d’une pandémie, la première chose qui s’est posée en moi a été une question: que disait Charles de Foucauld Jésus? Ressuscité? Y a-t-il une déclaration de votre part, ou un commentaire de votre part, sur la résurrection de Jésus? En fait, au début, il n’avait pas de réponse, il était vide.

Mais, sûrement, Charles de Foucauld lui-même devait garder à l’esprit cette affirmation énergique de Paul, par laquelle je voulais entamer cette réflexion: «Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vaine, votre foi est aussi vaine.

Il faut se rappeler, tout d’abord, que CdF n’est pas un théologien. Et, par conséquent, son objectif en partageant ses écrits, lettres, commentaires sur l’Évangile … n’est pas de proposer une exposition ordonnée et structurée de la foi. Le sien n’est ni un catéchisme de la foi catholique, ni un livre de théologie. CdF enregistre par écrit ce qu’il découvre et approfondit dans sa prière, dans son abandon et, aussi, dans sa vie incarnée, proche de ceux qui ne connaissent pas Jésus, des plus pauvres et des plus souffrants.

D’un autre côté, à un moment donné, cela peut donner le sentiment que CdF n’est resté qu’à Nazareth, ignorant la Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus. Mais ce n’est pas exactement cela. Il ne coupe pas Jésus, ne gardant que la première partie de sa vie et abandonnant la vie publique et sa touche finale. CdF connaît très bien toute la vie publique de Jésus, en particulier sa mort et sa résurrection. Certes, la croix rédemptrice de Jésus et la victoire de la résurrection ont dû faire partie de sa prière et de sa contemplation à plusieurs reprises. Sans aucun doute, il a dû inclure la mort de Jésus dans cette dynamique de descente de Dieu. Et la méditation sur la résurrection de Jésus a pu confirmer en CdF qu’en effet, «si le grain de blé tombe à terre et meurt, il porte beaucoup de fruit». Bien qu’il ne l’exprime pas de manière explicite et, encore moins, académique ou théologique, il y a pour CdF une unité et une cohérence entre la vie cachée de Jésus, et sa vie publique, qui culmine dans sa mort et sa résurrection, et dans laquelle nous participons à travers le Saint-Esprit (Pentecôte).

“Dès que j’ai compris qu’il y avait un Dieu, j’ai compris que je ne pouvais rien faire d’autre que de vivre uniquement pour Lui.” Cette phrase, au début de sa conversion et de sa mission, nous fait comprendre qu’il a découvert le Dieu des vivants et de la vie. Tout de suite, il dirigera sa spiritualité vers Jésus et lui à Nazareth. Sans pour autant négliger sa totale confiance en Dieu, comme en témoigne sa prière d’abandon. Mais son regard principal va être dirigé vers Jésus, à Nazareth. Que Jésus soit vivant, ce n’est pas une idée ou une idéologie, ou une théologie, ou une simple «histoire» (comme on en dit beaucoup maintenant). C’est une personne vivante et très présente.

Pour Frère Charles, l’une des fortes présences de ce Jésus vivant est l’Eucharistie: «L’Eucharistie, c’est Jésus, c’est tout Jésus! Dans la Sainte Eucharistie, vous êtes tous entiers, vous vivez tous mon Jésus bien-aimé. Aussi pleinement que vous étiez dans la maison de la Sainte Famille de Nazareth … que vous étiez au milieu de vos apôtres. ” (174 Méditation sur l’Évangile). L’expression «tout vivant» nous fait comprendre que, pour Frère Charles, l’Eucharistie prolonge la présence de Jésus ressuscité. À un autre moment, il affirme, se remémorant et commentant les paroles de Jésus lors de la dernière Cène: «<< Ceci est mon corps… ceci est mon sang… >> Mt 26, 26-28. Cette grâce infinie de la Sainte Eucharistie, combien elle doit nous faire aimer un si bon Dieu, un Dieu si proche de nous… Combien la Sainte Eucharistie doit nous rendre tendres, bons, pour tous les hommes. ” (Méditation en 1897). Il met aussi des paroles sur les lèvres de Jésus, à propos de l’Eucharistie: “Contemplez-moi avec amour: c’est la seule chose nécessaire et c’est ce que j’aime le plus … Si vous avez compris le bonheur qu’il y a à être à mes pieds et me regarde … »(Retiro de Nazareth. novembre 1897). Dans cette autre réflexion, il est encore plus explicite sur la présence permanente de Jésus parmi nous: «Dieu, pour nous sauver, est venu à nous, il s’est mêlé avec nous dans le contact le plus familier et le plus proche … Pour le salut de notre âmes, il continue à venir à nous, se mêlant à nous, vivant avec nous au contact le plus étroit, chaque jour et chaque heure dans la Sainte Eucharistie… »(Règlements et Directoire, 1909). Toutes ces citations sur l’Eucharistie et l’adoration eucharistique parlent à nous de foi d’un CdF convaincu de la présence vivante de Jésus dans le Saint Sacrement. Non seulement cela, mais il comprend sa tâche, sa mission, sa présence parmi les musulmans et les nécessiteux, de cette présence vivante de Jésus dans l’Eucharistie et dans l’adoration eucharistique. Sans l’expérience profonde de cette présence eucharistique, la vie n’est plus une imitation de Nazareth, telle que la CdF l’entend. Et du côté positif: contempler et bien s’imprégner de cette présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie vous pousse, vous lance dans une présence personnelle dans le monde et parmi les hommes comme à Nazareth, à la manière de Jésus.

L’autre présence forte de Jésus ressuscité, pour frère Charles, ce sont les pauvres. Il y a de nombreuses références aux pauvres dans les écrits du frère Charles. J’en choisis quelques-uns, dont nous pouvons avoir l’intuition de leur foi en Jésus ressuscité et présent: «Il n’y a, je crois, aucune parole de l’Évangile qui a eu sur mon impression la plus profonde, et a transformé ma vie plus, que cela: faites-le à l’un de ces petits, faites-le moi. Si nous pensons que ces paroles sont celles de la vérité incréée … Avec quelle force sommes-nous conduits à chercher et à aimer Jésus en ces “ petits, ces pécheurs, ces pauvres gens, mettant tous nos moyens spirituels au service de la conversion, et tous nos moyens matériels pour le soulagement des misères temporaires ». (Lettre à Louis Massignon, 1er avril 1916). CdF ne fait pas de réflexion théologique sur la «présence» de Jésus ressuscité dans les pauvres et les petits, mais il est évident qu’il n’a aucun doute sur la permanence de Jésus vivant en eux, et que cela l’émeut. D’une part, il perçoit, il voit Jésus ressuscité dans la dernière. En revanche, il reçoit l’appel à rapprocher ce Jésus vivant de tous, comme en témoigne cette autre déclaration de la sienne: «Pouvoir mener une vie très contemplative, faire tout pour tous, donner Jésus à tous. »(Juin 1902, conclusion de la retraite). Autrement dit, il veut voir Jésus vivant dans les pauvres, et il veut que les autres voient que Jésus vivant, à travers lui, à travers son témoignage.

Je ne peux m’empêcher de rappeler l’un des textes évangéliques les plus connus sur la présence de Jésus ressuscité: les disciples d’Emmaüs (Lc 24, 13-34). Nous connaissons très bien toute la scène. Je ne m’en tiendrai qu’au dernier moment, lorsque les deux pèlerins invitent Jésus à rester avec eux, et Jésus accepte:

«Et il est entré pour rester avec eux. Et il arriva qu’en s’asseyant à table avec eux, il prit le pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna. Puis leurs yeux se sont ouverts et ils l’ont reconnu, mais il a disparu de leur côté. Ils se sont dit: “Notre cœur ne brûlait-il pas en nous quand il nous a parlé sur la route et nous a expliqué les Écritures?” Et aussitôt se levant, ils retournèrent à Jérusalem et trouvèrent les Onze rassemblés et ceux qui étaient avec eux, en disant: «C’est vrai! Le Seigneur est ressuscité et est apparu à Simon! Ils ont, pour leur part, raconté ce qui s’était passé sur le chemin et comment ils l’avaient rencontré lors de la fraction du pain. (Lc 24, 29-34)

Fait intéressant, c’est à la fin, lorsque Jésus n’est plus physiquement présent, qu’il semble être le plus présent. Et cette autre présence, plus intérieure, plus profonde, est ce qui donne aux disciples une nouvelle impulsion. Premièrement, se souvenir de tout son voyage dans la clé de Jésus (“Nos cœurs n’ont-ils pas brûlé alors qu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures?”). Plus tard, rejoindre les autres disciples pour leur dire ce qui s’est passé. Pablo d’Ors dit, dans une approche de cette scène et, plus précisément, de ce moment, que ceux d’Emmaüs ont la liberté d’interpréter ce qui leur est arrivé. Et réfléchissez et confirmez ce qui leur est arrivé. C’est la foi: pas une imposition mais une proposition, car elle respecte notre liberté.

Dans une lecture libre de la vie de CdF, à la lumière de cet Evangile des disciples d’Emmaüs, on pourrait dire que, quand CdF était, apparemment, «de retour» de tout, le Dieu vivant sort à sa rencontre pour lui dire pour continuer à rester là au milieu des déceptions et des chutes. Ce Dieu vivant s’était déjà rendu présent, d’une certaine manière, dans la forte expérience religieuse des musulmans. Le Dieu des vivants et de la vie utilise des moments et des personnes différents pour nous rencontrer et devenir un compagnon sur le chemin. Mais c’est dans cette église, dans cette conversation et cette confession avec le Père Huvelín, qui ont été suivies de la réception du Corps du Christ, quand le frère Charles «a ouvert les yeux» et qu’il a pu relire sa vie par la foi. On ne peut s’empêcher d’écouter, une fois de plus, son souvenir de ce moment où il s’est converti, c’est-à-dire quand il a découvert de nouveaux yeux: «Dès que j’ai cru qu’il y avait un Dieu, j’ai compris que je ne pouvais rien faire d’autre que vivre pour lui. Ma vocation religieuse date du même temps que ma foi. Dieu est si grand! Il y a tellement de différence entre Dieu et tout ce qui ne l’est pas ». Son chemin, à partir de ce moment, nous le connaissons. Le Dieu vivant qui voit et intuit à ce moment initial le guidera bientôt et l’incarnera en Jésus de Nazareth, et Jésus à Nazareth. On pourrait dire que son Emmaüs le jette à Nazareth. Son expérience du vivant la transporte dans la vie de tous les jours, dans la vie cachée, dans la vie simple et normale. Et comme nous l’avons rappelé dans la première partie de cette présentation, vous allez garder ce Jésus vivant dans l’Eucharistie et dans les pauvres.

Pour nous aussi, comme pour CdF, cette Pâques peut être l’occasion de redécouvrir notre «Emmaüs à Nazareth». En d’autres termes, Jésus ressuscité continue d’être présent dans notre vie quotidienne et dans la vie simple des personnes que nous rencontrons habituellement. Dans la simplicité du quotidien, et dans le simple et le pauvre de chaque jour, nous pouvons sentir la douce présence du ressuscité. Ou nous pouvons être, dans notre Nazareth, un simple instrument de Jésus ressuscité pour se rendre présent et rapprocher sa nouvelle vie des autres.

Questions possibles pour une réflexion personnelle:

1. A quels moments de ma vie sacerdotale, peut-être de déception ou de déception pastorale, ai-je remarqué la douce présence de Jésus ressuscité?

2. Comment est-ce que je perçois Jésus ressuscité dans la vie de tous les jours, dans mon Nazareth habituel? Comment les autres peuvent-ils le percevoir à travers moi?

3. De tout ce que je sais de la vie et de la spiritualité du CdF, qu’est-ce qui me ressort le plus par rapport au ressuscité?

Aquilino MARTÍNEZ, responsable régional

(Note du traducteur: merci pour votre compréhension et votre compassion)

PDF: L’expérience du Ressuscité en Charles de FOUCAULD, retraite Pâques 2021, Aquilino MARTÍNEZ

Charles de FOUCAULD à Tamanrasset

Sur le chemin du Hoggar

Loin de Béni Abbès, à des milliers de kilomètres, au cœur du Sahara, se dresse un immense pays de montagnes noires : c’est le Hoggar, le Massif central de la patrie des Touaregs. On l’appelle le pays des guerriers voilés, car, dans cet étrange pays musulman, ce sont les hommes et non les femmes qui portent le voile.

Depuis des millénaires, les Touaregs sont les maîtres du Hoggar d’où ils sortent pour attaquer et piller impunément les caravanes qui traversent le désert.

Or, pendant que Frère Charles était à Béni Abbés, il s’est produit un fait extraordinaire : pour la première fois les Touaregs renoncent aux combats et laissent l’armée française pénétrer librement dans le Hoggar.

Laperrine, le commandant du Territoire des Oasis dont le Hoggar va désormais dépendre, est un grand ami de Frère Charles et il lui écrit pour lui proposer d’y venir.

Frère Charles accepte d’y faire un voyage, il commence à apprendre le tamacheq qui est la langue des Touaregs et, en dix mois, il va faire cinq mille kilomètres sur les pistes qui conduisent au Hoggar. Pour un peu on croirait Frère Charles redevenu explorateur comme au temps du Maroc et c’est vrai qu’il explore, mais il est toujours Frère Charles, donc avant tout un homme de prière et de fraternité qui cherche partout à nouer des liens d’amitié avec les Touaregs qu’il rencontre au passage. La tâche est difficile, car les Touaregs n’acceptent la venue des Français qu’à contrecœur, ils restent farouches et méfiants.

Pourtant le commandant Laperrine propose à Frère Charles de quitter Béni Abbés pour Tamanrasset, le grand carrefour des caravanes du Hoggar. Moussa Ag Amastane, l’aménokal, c’est-à-dire le chef des Touaregs du Hoggar, donnera lui aussi son accord à ce projet.

Frère Charles hésite. Il s’est tellement attaché à Béni Abbès qu’il n’a pas envie de le quitter. Et puis il pense toujours à son projet de retourner au Maroc. S’il part à Tamanrasset, il est probable qu’il n’aura plus jamais l’occasion d’y retourner. Mais Frère Charles renonce à tous ses projets et à toutes ses préférences personnelles. Il n’y a pas de peuple plus isolé et plus perdu dans le Sahara que les Touaregs du Hoggar ; pour Frère Charles, c’est la dernière place, c’est donc là qu’il faut aller.

L’ermitage de Tamanrasset

A quarante-six ans, le 13 août 1905, Frère Charles s’installe à Tamanrasset.

Autour de lui, dans toutes les directions s’étend un gigantesque plateau. Il n’y a pas un seul arbre digne de ce nom, mais de loin en loin quelque maigre buisson, quelques arbustes aux feuilles rares et minces qui donnent à peine d’ombre. Le sol est jonché de pierres. Dans le lit de l’oued il y a du sable et presque jamais d’eau. A l’horizon se dressent de longues arêtes de montagnes. C’est vraiment le désert dans sa plus sauvage grandeur.

En hiver, les journées sont douces et les nuits glaciales ; en été, les nuits sont très froides et les journées torrides. Il pleut très rarement, mais quand le vent s’élève il souffle avec une violence de tempête.

A quelques centaines de mètres de Frère Charles, on voit quelques huttes de roseaux et d’infimes lopins de terre : c’est le hameau de Tamanrasset habité par des Noirs réduits au servage par les Touaregs.

Frère Charles vit d’abord dans une hutte pareille aux autres, mais il est obligé de s’installer un peu moins mal et il habite maintenant un nouveau gourbi en terre battue couvert de roseaux et de boue séchée.

Il a pour unique compagnon Paul Embarek, un jeune esclave noir qu’il a racheté et affranchi. Au bout de quelque temps d’ailleurs, Paul sera las de vivre à l’ermitage et s’en ira ; il reviendra plus tard mais Frère Charles ne peut pas compter solidement sur lui.

De toutes façons, Frère Charles est le seul Français de cet immense pays. Il est à sept cents kilomètres du poste militaire le plus proche.

Quelle différence avec Béni Abbès ! Pas d’oasis. Pas de garnison. Rien qu’un minuscule hameau de Noirs qui semblent assez indifférents. Quant aux Touaregs, ce sont d’éternels nomades qui ne font que passer et qui commencent par se montrer froids et indifférents à l’égard de cet étrange ermite.

Bien sûr Frère Charles compte obtenir leur amitié et il y parviendra, mais rien de plus. Le plus perdu des missionnaires en Extrême-Orient ou en Asie pouvait alors glaner des conversions et fonder de nouvelles chrétientés, mais Frère Charles sait d’avance qu’il n’en fondera pas et qu’il ne convertira aucun de ces musulmans.

Plongé dans une telle solitude et un tel manque d’espoir, qui ne succomberait à l’ennui et au découragement ?

Mais Frère Charles est prêt à affronter cette immense épreuve. Dans l’immensité du Hoggar et des milliers de kilomètres à la ronde, il est cet homme unique qui apporte la présence du Christ. Par la messe et l’adoration du Saint Sacrement, il apporte la présence du Christ dans l’Eucharistie. Par sa volonté incessante d’amitié et de fraternité, il apporte la présence du Christ dans la charité et dans la lumière du Jugement.

Il ne lui suffit pas de décider une fois pour toutes de cette règle de vie, il faut jour après jour l’appliquer. Au fur et à mesure que les Touaregs passent et repassent tout au long de l’année à proximité de son ermitage, il faut que Frère Charles les voie et les revoie, qu’il parle avec eux de la pluie et du beau temps, de leurs troupeaux, de leurs familles, de tout ce qui les préoccupe.

Au début on ne se dit que des banalités, mais à force de se rencontrer, on s’habitue les uns aux autres.

Pendant les premiers temps, on venait par curiosité. Frère Charles passait pour une « bête curieuse », exactement comme il arriverait à un Touareg s’il lui prenait fantaisie de planter sa tente à côté de chez vous. Les mendiants de Béni Abbès étaient venus tout de suite quêter des secours, mais les Touaregs sont de fiers guerriers, ils se contentaient d’abord d’observer Frère Charles en passant.

Peu à peu avec le temps et la patience ils ont cessé de le trouver bizarre. Frère Charles fait maintenant partie du pays, ils le revoient avec plaisir et ils se mettent à parler familièrement avec lui comme avec une vieille connaissance.

D’ailleurs, si vous allez à l’étranger, vous voyez bien que la première difficulté est de savoir la langue du pays. Pour Frère Charles c’est la même chose.

Les Touaregs que rencontre Frère Charles ne savent pas un mot de français et celui-ci commence seulement à apprendre leur langue. Il est difficile dans ces conditions d’avoir des conversations longues et intimes. Aussi Frère Charles fait un immense effort pour apprendre la langue des Touaregs. Il ne se contentera jamais de la savoir en partie, il veut la connaître à fond, il veut la parler aussi bien que s’il était un Touareg de naissance.

Il s’entoure d’interprètes, il accumule les notes par écrit, il ira même jusqu’à composer une grammaire touarègue, un recueil de poésies touarègues et un énorme dictionnaire français-touareg. C’est un magnifique travail de savant, mais la seule raison qui l’inspire est cette volonté chrétienne de fraternité qui l’a conduit dans les montagnes du Hoggar.

C’est pour la même raison qu’il ne quitte pas le Hoggar pendant l’hiver 1907 – 1908, malgré la famine qui règne. Dans ce pays, la vie est toujours dure, mais elle devient épouvantable quand la pluie fait totalement défaut. Alors les rares et maigres pâturages sont tout à fait secs, les petits troupeaux de chèvres et de chameaux meurent de faim, il n’y a plus de lait, plus rien que de misérables rations de ravitaillement qu’on va chercher très loin et qu’on paie très cher.

Pour quitter le Hoggar, Frère Charles n’aurait qu’un mot à dire et des officiers français viendraient le chercher pour le mettre à l’abri loin de là. Mais il n’y pense pas une minute, puisque les Touaregs souffrent la famine ; il la souffrira comme eux, puisqu’il est leur frère, et il partage un jour avec des enfants ses dernières provisions.

A ce moment, Moussa, l’aménokal, est de passage, il vient rendre visite à l’ermite et le trouve évanoui, victime de la faim et de l’épuisement. Moussa aussitôt prévient le commandant Laperrine qui envoie des vivres de secours, et Frère Charles, peu à peu, se remet.

Moussa, en tout cas, n’oubliera pas ce qui s’est passé.

Un jour, pendant un voyage en France, il dicte une lettre pour Frère Charles. Il lui raconte tout ce qu’il a vu et admiré en France, notamment les belles propriétés qui appartiennent à la famille de Foucauld ; il ajoute alors pour Frère Charles ces simples mots : « Et toi, tu vis à Tamanrasset comme le pauvre. »

Que de gens ignorent ce que peut être la vie d’un pauvre et plus encore la vie d’un pauvre dans le désert ! Moussa le savait, et quand il écrivait ces mots, il voyait quel abîme séparait les richesses que Frère Charles avait quittées et la pauvreté qu’il avait voulu vivre jusqu’au partage de la famine pour être le frère des Touaregs.

Une fois encore on put voir que Dieu est le maître de l’impossible, quand un homme renonce à tout pour faire la volonté de Dieu. En venant au Hoggar, Frère Charles n’avait pas d’autre ambition que de vivre aussi obscur que les « petites gens » qui se trouvent à la dernière place. Mais il le faisait avec un tel dévouement et un tel amour que sa présence prit un rayonnement extraordinaire.

Français ou Touaregs, chrétiens ou musulmans, tous s’arrêtaient à Tamanrasset pour le voir. Il était devenu l’ami intime des uns et des autres, il savait tout ce qui se passait au Hoggar et aux environs et tout le monde venait lui demander conseil.

Les Français lui demandaient comment faire pour améliorer l’administration du pays et les Touaregs lui demandaient de plaider leur cause auprès des Français, chaque fois que des abus étaient commis.

Frère Charles n’avait aucun poste officiel, il n’était ni curé ni aumônier, il ne possédait aucun pouvoir politique, mais il était l’homme de Dieu, le frère de tous. C’est comme tel qu’il influençait toute la politique du désert, parce qu’il avait à la fois la confiance de Moussa et celle de Laperrine ; il était leur conseiller commun au vu et au su de tout le monde.

A tous, il demandait d’être justes et loyaux.

Lui qui avait renoncé à tout confort et à toutes les richesses de la France, demandait que les Français apportent au Hoggar tous les avantages de la science, de l’instruction et du progrès.

Frère Charles ne reculait même pas devant la brûlante question que Moussa lui posa un jour : « Les Touaregs seront-ils toujours les sujets des Français ? » Et Frère Charles répondit : « Non, il faut que les Touaregs soient nos égaux. »

A Tamanrasset, on voyait de temps à autre Frère, Charles et des officiers français s’asseoir par terre et partager le repas des Touaregs. Frère Charles voulait que la même chose se fasse en France et grande fut sa joie quand Moussa et d’autres Touaregs furent invités à déjeuner chez des familles françaises, notamment chez les Foucauld, chez le duc de Fitz-James, chez le commandant Laperrine et chez le général Gouraud.

La guerre éclate

Hélas, une hirondelle ne fait pas le printemps, et au lieu de voir grandir autour de lui le printemps de la fraternité universelle qu’il désirait, Frère Charles ne voit venir que la pire saison humaine : la guerre.

C’est la guerre de 1914.

Calme d’abord, le Sahara est de plus en plus menacé par les bandes guerrières qui viennent du sud de la Tripolitaine et du sud du Maroc. Le trouble envahit le cœur des Touaregs. Ils sont pris entre leur désir de profiter de l’occasion pour reconquérir leur indépendance, et leur ressentiment contre les pillards qui viennent les attaquer. Moussa lui-même paraît chercher à gagner du temps avant de se décider nettement.

Frère Charles continue à vivre exactement de même à Tamanrasset. Il prie, médite, poursuit ses études de tamacheq et reçoit toujours autant de visites des gens du pays. Mais ses conseils aux officiers français se multiplient en même temps qu’il travaille à maintenir les mêmes liens de fraternité avec Moussa.

Quand les officiers lui disent qu’il y a péril à demeurer seul à Tamanrasset et lui proposent de se réfugier dans un fortin éloigné sous la protection d’une garnison française, il refuse obstinément. Il a juré de vivre et mourir au milieu des Touaregs.

Mais comme le péril peut menacer aussi les habitants du petit village de Tamanrasset, il accepte de construire un fortin qui leur servira d’abri en cas de besoin. On y dépose quelques fusils avec des munitions et des provisions pour pouvoir soutenir un siège, quelques jours, en cas de nécessité absolue.

C’est Frère Charles qui en sera le gardien bénévole.

Le cœur lourd, il quitte son ermitage et déménage dans le fortin.

Soudain un soir, Frère Charles entend une voix l’appeler au-dehors. C’est le courrier, lui crie-t-on. Il va ouvrir et aussitôt des bras vigoureux l’empoignent et le jettent à genoux, garrotté, sur le seuil du fortin. Ce sont des Tripolitains et des Touaregs d’une tribu ennemie de celle de Moussa qui sont venus faire une incursion en plein Hoggar pour s’emparer de Frère Charles et l’éloigner à tout jamais de Moussa.

Pendant que Frère Charles rassemble ses dernières forces pour prier et adorer la volonté du Seigneur quelle qu’elle soit, les assaillants pillent le fortin. Tout à coup des cris s’élèvent, on voit venir deux méharistes, les vrais porteurs de courrier qui arrivent sans se douter de rien. Les pillards se précipitent pour les assassiner, et pendant ce temps-là l’un d’eux, resté près de Frère Charles, craignant sans doute qu’on lui enlève son prisonnier, l’abat d’un coup de fusil.

Frère Charles est mort et la balle est restée enfoncée dans la muraille du fortin. C’est le 1er décembre 1916.

Frère Charles a donné définitivement sa vie au Hoggar.

Tout était perdu ? Non, rien n’était perdu.

D’abord parce que le commandement de la charité est inconditionnel et que rien de ce qui est fait pour Dieu, selon la volonté de Dieu, ne peut être perdu.

Ensuite, parce que quinze ans plus tard, l’exemple de Frère Charles inspirait les premiers disciples qui voulurent vivre comme lui en Afrique du Nord et jusqu’au Sahara.

Pendant toute son existence, le Père de Foucauld avait en vain cherché des compagnons pour partager sa vie. Sa mort a été pareille à celle du grain de blé qui meurt dans la terre et qui produit cent nouveaux grains.

L’histoire de Frère Charles ne fait que commencer.

PDF: Charles de FOUCAULD à Tamanrasset