Charles de FOUCAULD, prêtre du diocèse de Viviers

Charles de Foucauld était « prêtre libre du diocèse de Viviers, autorisé à résider dans le vicariat apostolique du Sahara » (A. Jaufrès, Un moderne Père du Désert, Hervé frères imprimeurs, Annonay, 1917). Il avait été ordonné, en tant que moine (« nonnus »), par Mgr Montéty sous la présidence de Mgr Frédéric Bonnet, l’évêque du lieu, au titre de son patrimoine (« sub titulo patrimonii ») le 9 juin 1901. L’abbé Jauffrès, auteur d’une première courte biographie de Foucauld après sa mort, cite ces mots de Mgr Bonnet, évêque de Viviers : « Le Père de Foucauld était nôtre. Il ne nous appartenait pas par son origine. […] il devient prêtre. Il dut, à cette occasion, se choisir une famille diocésaine. Il opta pour la nôtre et me supplia de lui en
ouvrir la porte. Je l’ouvris à deux battants. Il entra, et, dès ce jour, il fut nôtre. »

Le 11 septembre 1901, dans une lettre à Henry de Castries, Foucauld explique : « Vous voyez ce que je demande : la permission de m’établir, à mes frais, à Igli, et d’y vivre sans aucun titre officiel, en prêtre libre […]. Je ne demande ni vivres remboursables, ni rien du tout. […] Je suis prêtre libre ». Le Père Jean Ribon, en 2001, décrit bien la situation singulière de ce prêtre sans mission dans son diocèse : « Le Père de Foucauld ne sera pas ordonné au titre du diocèse pour le service du diocèse – ce qui lui assurerait en retour une honnête subsistance, mais au titre de son patrimoine personnel comme le prévoit le Droit Canonique ». (Colloque ChdF prêtre, Viviers, 2001, p. 61).

Lire le document complet en PDF Charles de F. Prêtre diocésain

Le présent à Haïti. Petite soeur Armelle

Chère famille,
Chers amis,

Merci à vous pour vos messages d’amitié et de soutien en cette nouvelle épreuve que le pays, les fraternités de l’Incarnation traversent. Pardonnez-moi si je ne réponds pas à chacun (e)personnellement.

Toute la semaine j’ai pensé à vous donner des nouvelles sur la situation actuelle après le 14 Août mais cela m’a été impossible. Pardonnez-moi mais l’accueil des filles de Léogane, la préparation de la rentrée scolaire très proche pour nos 41 filles me demande beaucoup de travail en ce moment.

Comme tous le constate, Haïti cumule de graves problèmes et les solutions se cherchent… Ce dernier tremblement de terre survenu déstabilise toute la population car trop de familles sont touchées par la gravité de la situation. Déjà, pour raison économique, les gens avaient faim. Ces trois régions du Sud étaient confinées forcées à cause de l’insécurité où 43% de leur produit agricole invendus et perdus puisqu’ils ne pouvaient plus venir vendre à Port-au-Prince et puis voilà la catastrophe du 14 Août venue tout détruire ! Ce tremblement n’affecte pas seulement les trois grandes villes du Sud mais tous les villages de montagne autour des villes puisque l’épicentre s’est manifesté sur une chaîne de montagnes ce qui fait que même les gens des campagnes sont atteints.

Où en sommes-nous actuellement ?

Il reste difficile d’évaluer le nombre de morts et de blessés car on nous dit que certains villages n’ont pas encore pu être visités car les routes et chemins détruits ont fait perdre les repaires… mais il y a un bon nombre de disparus cependant pendant que certaines autorités enquêtent toujours sur l’assassinat du Président, les autres s’affairent activement pour porter secours aux sinistrés mais l’ampleur des dégâts est très importante ! Les autorités locales se heurtent aux autorités gouvernementales et des organismes en raison de la lenteur des secours car il pleut, les familles se trouvent en danger sans bâches ni tentes, manquant d’eau potable et d’alimentation. Tant de personnes sont touchées et manquent de tout !

Après avoir rendu les routes principales accessibles, les secours par voie de terre sont arrivés mais c’est difficile d’avoir accès hors des villes, il faut se rendre à pieds. Jérémie, le grand Sud est difficile d’accès et on comprend bien que les appels au secours sont impatients !

Une situation bien différente de 2010 où le tremblement de terre était centré sur Port-au-Prince et l’accès était plus facile à porter secours mais dans les Provinces c’est bien autre chose.
Les Haïtiens sont solidaires et les aides ont été envoyées rapidement mais pour certains l’acheminement a été difficile car les gangs empêchaient le passage vers le sud. Plusieurs camions d’alimentation en chemin n’ont pu arriver à destination car les gens ont attaqué les chauffeurs pour vider les camions au passage. ‘’Ventre affamé n’a point d’oreilles ‘’ !… Et les chauffeurs revenaient vers la Capitale. Actuellement, la police accompagne les convois et les appels à la vigilance et à la solidarité ne cessent d’être divulgués.

Frère Accilien, responsable général des Petits Frères de l’Incarnation vient de rentrer du Sud où il est allé rencontrer les Petits Frères et vivre avec eux durant trois jours. Les Petits Frères n’ont pas été blessés, un membre de la famille d’un Petit Frère est décédé. Frère Accilien a trouvé ses frères malades à la suite du tremblement de terre mais ils vont bien actuellement. Les deux maisons des fraternités du Sud sont tellement fissurées qu’elles doivent être détruites. Il précise que les aides n’arrivent pas vraiment à destination et les sinistrés sont si nombreux qu’ils manquent de tout : eau potable, nourriture, un abri, des vêtements, de sécurité également. Une situation qui plonge vraiment dans la tristesse car on est incapable de leur venir en aide.

Les autorités parlent tous de reconstruction mais est-ce la première étape à envisager ? Hier soir, Monseigneur Beauvoir- Directeur de Food For The Poor- suppliait et exhortait à vivre la solidarité, à laisser acheminer les dons vers les plus nécessiteux, les paysans qui n’ont plus rien.

Hier, nous recevions un appel sollicitant l’aide des Petits Frères pour créer une station d’eau potable dans la zone de Jérémie (deux stations d’eau potable créées par eux fonctionnent au service d’une zone de PAP et de Hinche). Un RV est fixé pour échange.

La rentrée scolaire est retardée au 21 Septembre pour les non sinistrés et le 4 octobre pour les trois départements touchés par le séisme. Les enfants s’angoissent à l’idée d’une nouvelle année perturbée et qui commence déjà par être retardée…

La situation vous le devinez ne s’améliore pas et le pays semble bien être dirigé par les gangs actuellement !…

Chers amis, nous gardons espoir de jours meilleurs où la paix reviendra dans cette Haïti chérie et nous nous tournons vers notre Dieu qui peut soutenir tout ce monde en souffrance ici et ailleurs !

De tout cœur avec vous.

Ps Armelle

PDF: Le présent à Haïti – Petite soeur Armelle

Frére de mon ennemi. Aurelio SANZ BAEZA

Notre atelier du cœur dispose d’outils pour entretenir, réparer en cas de détérioration, mettre à jour ou même créer de bonnes sensations. Parfois, nous ne pouvons pas trouver l’outil, ou ils sont en panne, ou cassés, ou nous avons besoin de nouveaux outils difficiles à obtenir. Nous utilisons aussi parfois le mauvais outil, car nous pensons qu’il est plus facile à manipuler. L’atelier du cœur peut être endommagé, fuyant ou non ventilé; il peut être petit ou pas toujours propre. Il est probable que nous ayons eu des moments où l’atelier était «fermé pour les vacances»… Dans l’atelier du cœur, des sentiments abîmés, de la méfiance envers les autres, de l’orgueil blessé – l’ego ridiculisé – et des déceptions. Formes, couleurs, perceptions très différentes.

J’ai entendu une fois une personne me dire “Les roseaux deviennent des lances”, faisant référence à la grande déception de la “nullité amicale” de quelqu’un qui pensait qu’il était un grand ami. Après avoir perdu l’amitié, cette méfiance peut venir non seulement de la personne, mais aussi des autres qui se méfient de nous. «Le cœur est purifié, il est ordonné, il est purifié. De quoi? Des mensonges qui le salissent, de la double hypocrisie; nous les avons tous, nous tous. Ce sont des maladies qui blessent le cœur, qui brouillent la vie, la font doubler. Nous devons être nettoyés de nos fausses garanties, qui négocient pour la foi en Dieu avec les choses qui arrivent, avec les commodités du moment. ” Le pape François à la messe à Erbil, en Irak, le 7 mars 2021.

On entend souvent “que je ne pardonnerai jamais”, “ne fais confiance à personne”, “pense mal et tu auras raison” … Avec l’évangile entre nos mains, sachant que c’est un appel permanent à la fidélité, parce que Jésus, le Maître Le Seigneur, a pardonné, fait confiance e t n’a eu de sentiment négatif envers personne, nous ne pouvons accepter la méfiance et la suspicion comme une norme de vie, mais c’est compréhensible car nous sommes des êtres humains, et non des robots programmés pour un certain comportement.

Beaucoup de gens traversent nos vies, certains restent, d’autres passent simplement. Selon l’endroit où nous sommes et où nous vivons, nous voyons chaque jour des réalités humaines différentes, et certaines d’entre elles nécessitent notre attention en raison de notre travail ou de notre coexistence dans un lieu ou un quartier commun, et d’autres réalités sont extérieures à notre vie quotidienne la plus proche.

Les zones de conflit ou de bonne compréhension varient en fonction de notre psychologie, de notre culture, de notre âge … Il y a en chacun de nous un monde différent de celui des autres et donc des manières différentes de résoudre ou de surmonter les difficultés de la coexistence , amour familial ou communautaire, esprit de travail commun ou relation d’amitié.

Si notre vie entre en conflit avec une ou plusieurs personnes, l’atelier de notre cœur doit produire beaucoup de respect et de responsabilité, pour nous placer là où nous devons être, avec le dialogue possible, en comprenant les raisons des autres, sans les juger. Il vaut mieux réparer que jeter. Et si nous verrouillons les portes, nous pouvons nous enfermer à l’intérieur, avec la clé à l’extérieur.

Parce que:

quand nous croyons qu’une amitié ne sera jamais rompue, et c’est le cas.
Quand nous sommes au-dessus de tout le monde.
Quand nous pensons que nous sommes meilleurs que les autres.
Quand dans la vie, les échecs pèsent plus que les triomphes.
Lorsque nous nous considérons comme l’ennemi de nous-mêmes.
Quand ça nous fait mal qu’il y ait des gens qui ne s’engagent pas comme nous.
Quand nous ne sommes pas mûrs pour accepter les défaites,

ensuite:

saisissons l’outil de l’humilité, regardons Jésus abandonné, blessé.

Le pape François a dit lors de la messe de rite chaldéen dans la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad le 6 mars 2021: «Si je vis comme Jésus le demande, qu’est-ce que je gagne? Est-ce que je ne risque pas d’être piétiné par les autres? La proposition de Jésus en vaut-elle la peine? Ou est-ce un perdant? Elle n’est pas une perdante, mais une sage ». Et la sagesse est la sœur jumelle de l’humilité.

Si nous nous trouvons dans des situations où, même après avoir pardonné et oublié, l’atelier de notre cœur n’arrive pas à faire des changements dans la vie personnelle ou celle de ceux qui se sont distancés de notre affection, de notre fraternité, de notre amitié et confiance, dès notre accueil, nous nous sentirons à nouveau vaincus… Nous ne pouvons pas changer les autres. Accepter la situation requiert un degré de maturité qui nous permettra d’être en paix avec nous-mêmes.

Quand nous nous considérons comme les «enfants prodigues» de nos frères, et que nous retournons là où nous n’aurions jamais dû nous dire au revoir, quand l’autre personne nous attendait, l’atelier du cœur est libre de vieux et inutiles ordures, débarrassé des toiles d’araignées de préjugés, donnant du temps au temps, sans gagnants ni perdants.

Que je sois le frère de mon ennemi, avec la joie intérieure non d’avoir la conscience claire d’avoir fait les meilleures choses possibles, mais celle qui donne la paix au cœur, que la charité et l’amour réparent, alors la joie qui dénote l’équilibre dans notre sentiments. Un défi, le défi de Jésus qui nous appelle à pardonner soixante-dix fois sept et à être pardonné autant d’autres.

Aurelio SANZ BAEZA

(Boletín Iesus Caritas, 210)

PDF: Frére de mon ennemi. Aurelio SANZ BAEZA fr

La fraternité universelle. Fernando TAPIA

Fernando Tapia, pbro.

Traduction : Jean-Michel Bortheirie

«VOUS ÊTES TOUS FRÈRES” (Mt 23,8)

  1. La FRATERNITÉ est au cœur de l’Évangile. C’est la nouveauté que Jésus apporte dans une société très stratifiée, avec des esclaves et des hommes libres, des riches très riches et des pauvres très pauvres, des pouvoirs absolus et des peuples dominés au prix du sang et du feu, justes et pécheurs, etc. Jésus est très conscient de ces ruptures de fraternité et demande à ses disciples d’être différents : « il n’en sera pas de même entre vous(…) ; qui veut être le premier se fera le serviteur de tous » (Mt 20,27; voir aussi Mt 23, 8-11).

  2. La pratique évangélisatrice de Jésus est une semence de fraternité : il s’est rendu proche des publicains, des malades et des pécheurs (Mc. 2,15-17), il dialogue avec les Samaritains (Jn 4, 1-42), se laisse interpeller par une femme étrangère (Mt 15,21-28), etc. C’est-à-dire qu’il brise les murs qui séparaient en ces temps les êtres humains et se fait proche de ceux qui étaient méprisés et exclus, produisant en eux joie et espérance. Mais en même temps, cela l’a fait entrer dans un conflit croissant avec ceux qui voulaient maintenir les murs de séparation entre les êtres humains : scribes, pharisiens, prêtres du temple.

  3. Par sa proximité et sa compassion envers les exclus de la société de son temps, Jésus voulait rendre visible le fondement de la fraternité humaine : nous sommes tous des fils et des filles du même Père du ciel qui «fait lever son soleil sur les mauvais et les bons et fait pleuvoir sur les justes et les injustes » (Mt 5, 45). Dans le cœur de Dieu, il n’y a aucune discrimination. Nous sommes tous aimés de Lui, quelle que soit notre situation morale.

  4. Saint Paul a bien compris la nouveauté de l’Évangile prêché par Jésus et peut écrire aux Galates ces paroles audacieuses: « Par la foi en Christ Jésus,vous êtes tous des fils de Dieu. Vous tous qui avaient été baptisés en Christ vous avez revêtu le Christ, de sorte qu’il n’y a plus de Juif ni de Grec, ni d’esclave, ni homme libre, ni d’homme ni de femme, puisque vous êtes tous un en Jésus-Christ » (Gal 3,26-28). Les Communautés chrétiennes vivaient cette fraternité, surprenante pour l’époque de Paul, et c’est pourquoi elles étaient attrayantes et se multipliaient dans tout le bassin méditerranéen. Elles étaient vraiment « lumière du monde et sel de la terre » (Mt 5, 13-14).

  5. Le sacrement du baptême est alors le début de la vie fraternelle. Nous recevons comme graine la grâce de la filiation et de la fraternité, mais nous devons la cultiver sinon elle risque d’être infectée. Nous sommes des enfants de Dieu, mais nous devons nous faire enfants de Dieu chaque jour en cherchant et en faisant la volonté du Père. Nous sommes frères et sœurs, mais nous devons nous faire frères et sœurs en nous rapprochant les uns des autres chaque jour, en nous servant les uns les autres, en nous pardonnant jusqu’à soixante-dix fois sept fois.

LES RUPTURES DE FRATERNITÉ

  1. Cultiver la filiation et la fraternité est une tâche ardue dans notre société parce que celle-ci nous amène à être individualistes et compétitifs, égoïstes et agressifs, discriminants et excluants, solitaires et autosuffisants. Il suffit pour cela, d’écouter et de regarder les nouvelles à la télévision.

  2. Ministres de l’Évangile, nous pouvons facilement nous laisser infecter par ces virus qui circulent dans nos environnements sociaux et culturels et devenir « le sel qui perd sa saveur ou la lumière cachée sous un meuble » (cf. Mt 5, 13-15). Ce que le Seigneur attend de nous est exactement le contraire: « Que votre lumière brille aux yeux des hommes, pour qu’en voyant vos bonnes actions, ils rendent gloire à votre Père qui est aux cieux » (Mt 5, 16).

  3. Le vaccin contre ces virus c’est de vivre notre ministère en fraternité, espérons-le depuis l’époque de notre formation initiale au séminaire. C’est un apprentissage qui purifie notre amour de l’égoïsme, de la rigidité, de la tendance à utiliser les autres à notre profit personnel. Il nous protège de l’angoisse, de l’amertume, de l’hyperactivité, des maladies psychosomatiques et des dépressions, qui sont le propre de qui doit toujours être le numéro 1 en tout, sans l’aide de personne.

  4. Si nous sommes honnêtes, nous devons reconnaître que nous ne pouvons pas vivre seuls, que nous avons besoin des autres, de compagnons, de conseils, de réconfort et de soutien. C’est pourquoi Jésus commence son annonce du Royaume nouveau, en formant une fraternité : les douze apôtres.

QUE RECHERCHE UNE FRATERNITÉ SACERDOTALE?

  1. Grandir ensemble à la suite de Jésus-Christ. Nous nous réunissons, comme les disciples d’Emmaus (Lc 24,13-35), pour retrouver le Ressuscité dans l’amitié, dans la révision de vie, dans le partage de la Parole, dans la fraction du Pain, dans la prière.

  2. Apprendre à être transparents, à faire confiance aux autres, à partager aux autres ce qui concerne ma famille, ma vie, mon argent, ma relation avec les hommes et les femmes, mes chagrins, mon besoin d’être soutenu. Apprendre à nous aimer et à nous confronter ; à être différents sans aller chacun de son côté. Nous ouvrir aux différences, accepter leur fait.

  3. Apprendre à faire corps, à être avec les autres tout en étant autre. Il ne suffit pas d’être, il faut appartenir, créer des liens. Apprendre à porter la vie des autres. Apprendre à vivre et à partager en toute égalité. Sortir des catégories supérieur-inférieur, dominant-dominé, protecteur-protégé qui sont partie des traits autoritaires que nous portons tous.

  4. Cette expérience se fait en petits groupes (4 à 6 participants) de telle sorte que chacun se sente écouté, accueilli, accepté, intégré. Nous nous aidons à être fidèles au ministère qui nous a été confié et à marcher ensemble sur les traces de Jésus, afin qu’Il soit le centre de nos vies, animés par son Esprit.

QU’EST-CE QU’IL FAUT FAIRE ?

  1. Décider de participer et de rejoindre les autres. Décider d’être vrai, de partager ce qui se passe réellement dans nos vies. Abattre ses défenses et se laisser regarder. Garder la confidentialité de ce qui a été entendu.

  2. Participer à la réunion mensuelle de la fraternité qui comprend le repos, le partage du repas, l’adoration eucharistique, la révision de vie, le partage d’Évangile et parfois la célébration de l’Eucharistie.

  3. Fidéliser sa participation car il faut du temps pour créer les liens. Accepter les frustrations que toute vie fraternelle peut avoir : l’absence de l’un ou l’autre, que l’on voudrait s’exprimer et pas de temps ou de possibilité de le faire, que certains prennent la parole plus longuement, etc.

  4. Vivre la fraternité au-delà de la réunion formelle, dans la mesure des possibilités de chaque prêtre. Je veux parler d’appels téléphoniques ou de visites gratuites pour savoir comment va l’autre, des salutations le jour de son anniversaire ou de l’anniversaire d’ordination, de la présence lorsqu’il prend en charge une nouvelle paroisse ou pour une autre nomination importante, d’une sortie en fraternité.

CHARLES DE FOUCAULD, LE FRÈRE UNIVERSEL

  1. Notre Fraternité Sacerdotale a comme figure principale inspirante le Bienheureux Charles de Foucauld. Nous suivons Jésus sur les traces de ce saint missionnaire. Comme lui, nous voudrions être des chercheurs passionnés de Dieu et nous laisser conduire par l’Esprit Saint, là où il veut nous emmener. Après sa conversion, il devient moine trappiste, puis fut employé par les religieuses clarisses et finalement fut prêtre diocésain missionnaire en Afrique du Nord. Son désir était d’imiter le plus étroitement possible Jésus de Nazareth, son frère et Seigneur, dans une vie de prière, de pauvreté et de disponibilité à celui qui en avait besoin.

  2. Son mode d’évangélisation était la fraternité universelle. Dans une lettre à un ami, il répond : « Vous voulez savoir ce que je peux faire pour les indigènes? Il n’est pas possible de leur parler directement de notre Seigneur. Ce serait les faire fuir. Il faut leur inspirer confiance, se faire des amis parmi eux, leur rendre de petits services, leur donner de bons conseils, se lier d’amitié avec eux, les exhorter discrètement à suivre la religion naturelle, leur montrer que les chrétiens les aiment. C’est ce qu’il appelle L’APOSTOLAT DE L’AMITIÉ. Peut-être certains d’entre nous ont-ils eu l’expérience de cette façon d’évangéliser des personnes non croyantes, agnostiques ou éloignées de l’Église.

  3. Ainsi, notre expérience de fraternité sacerdotale nous rend mieux préparés à être des créateurs de vie fraternelle tant à l’intérieur de notre presbytère ou de nos communautés chrétiennes qu’au niveau social. L’ermitage du frère Charles était ouvert à tous et à toute heure. Dans une lettre adressée à sa cousine Marie de Bondy, il lui disait : «Je veux habituer tous les habitants, chrétiens, musulmans, juifs à me regarder comme un frère. Ils commencent à appeler ma maison « la fraternité » et cela m’est très doux ».

  4. Il n’est donc pas étonnant que le pape François, qui travaille sans relâche pour la fraternité universelle, souligne à la fin de son encyclique Fratelli Tutti que le frère Charles a été la principale figure inspirante de cette lettre : « Je veux finir par le souvenir d’une autre personne de foi profonde qui, à partir de son expérience intense de Dieu, a fait un chemin de transformation jusqu’à se sentir frère de tous. Il s’agit du bienheureux Charles de Foucauld (…) le frère universel ».1

  5. Je crois que la pandémie nous a donné l’occasion de découvrir et de vivre la fraternité universelle par le travail de solidarité. Dans notre paroisse et dans de nombreuses paroisses, nous avons travaillé côte à côte croyants et non-croyants, catholiques, évangéliques et agnostiques pour alimenter des salles à manger paroissiales et des repas communs, pour livrer des paniers-repas, des affaires de toilette et des médicaments, etc. aux malades de covid, aux chômeurs, aux personnes âgées. Également pour travailler en réseau avec des municipalités, des centres de santé, des organisations sociales, des conseils de quartier, etc.

Conclusion.

  1. Nous avons cru en la parole de Jésus : «Vous êtes tous frères » et nous essayons de la vivre dans nos petites fraternités sacerdotales et d’être des artisans de fraternité dans notre environnement. Nous ne voulons pas être des groupes fermés, ou de simple entraide, qui se coupent des autres ou se croient meilleurs que les autres, comme une élite sacerdotale. Nous recherchons la vie fraternelle parce que nous nous savons fragiles et avons besoin des autres et parce que notre monde doit trouver des chemins de fraternité, comme le propose le pape François dans Fratelli Tutti. Notre fraternité est toujours au service de la Mission.

Santiago du Chili, juillet 2021

1 François, “Fratelli Tutti”, n.286 et 287

PDF: LA FRATERNITÉ UNIVERSELLE