Rapport Assemblée Panaméricaine septembre 2022

FRATERNITÉ SACERDOTALE IESUS CARITAS

TROISIÈME ASSEMBLÉE PANAMÉRICAINE

CORDOUE, du 19 au 24 septembre 2022

CHRONIQUE

Le vendredi 16, les frères du Canada sont arrivés, commençant ainsi notre Troisième Assemblée Panaméricaine. D’autres sont arrivés le 18 et d’autres encore le 19. Le Père Marco Bustos, notre super hôte, était chargé d’organiser une équipe avec quelques frères de la fraternité de Cordoue, pour aller chercher les frères à l’aéroport, et nous avons tous reçu un accueil chaleureux. Les délégués de la République dominicaine, du Chili et du Mexique ont eu l’occasion d’être reçus dans la maison familiale du Père Marco Bustos, qui fêtait l’anniversaire de Mgr Raúl, père du Père Marco. Nous avons été accueillis avec un barbecue et un spectacle artistique par Monsieur Raúl et Madame Aidé, les parents du Père Marcos.

Ceux qui sont arrivés le dimanche ont été conduits à la maison des Sœurs Esclaves du Cœur de Jésus, où ils se sont reposés un peu après un long voyage. Ensuite, ils ont été emmenés dîner de délicieuses pizzas. L’un des frères a perdu sa valise à l’aéroport, y compris son ordinateur portable.

Les pays participant à l’Assemblée étaient : Québec-Acadie, Chili, États-Unis, République dominicaine, Brésil, Mexique et Argentine. Un prêtre du Venezuela, missionnaire à Cordoue, nous a rendu visite sporadiquement.

Lundi, nous étions presque tous déjà à la maison, cependant, les frères du Brésil et le P. Alex des États-Unis sont arrivé lundi soir, ce qui nous a fait commencer formellement mardi matin par l’adoration et les laudes, présidées par les délégués de la République dominicaine et du Mexique. Au total, il y avait 16 participants, parlant quatre langues : espagnol, anglais, français et portugais, même si les traductions, faites par nous-mêmes, étaient de l’anglais, du français et de l’espagnol. Les Brésiliens comprenaient l’espagnol et ceux qui parlaient espagnol comprenaient le portugais.

Mardi, nous nous consacrons à revoir la réalité de nos fraternités, sur la base du rapport présenté par le responsable continentale. Le but était de découvrir les forces et les faiblesses de nos fraternités en Amérique. Nous travaillons en groupes, par langue, et nous tenons une session plénière où nous partageons les résultats de notre travail.

Les principales faiblesses qui sont apparues sont : le vieillissement de la majorité des membres de la fraternité, la surcharge de travail des frères et les distances, qui entravent la croissance de nos fraternités. Parmi les points forts figurent : la spiritualité du Frère Charles : l’adoration, l’Eucharistie, le désert, l’option pour les pauvres et la fraternité universelle ; la présence des évêques dans les fraternités, la présence de nos frères à la périphérie. Nous avons fait un nouveau travail de groupe avec la question suivante : Quelles propositions pouvons-nous faire pour renforcer nos forces et surmonter nos faiblesses? Enfin, nous avons eu une nouvelle plénière pour partager les propositions.

Lors de la dernière séance de mardi, nous avons commencé la présentation des expériences missionnaires des différents pays. Le Brésil, le Canada et la République dominicaine ont commencé. On attire l’attention sur le cas du Brésil, l’organisation de la Maison de la Fraternité, qui accueille des prêtres en crise, cherchant à répondre à un besoin, puisqu’il y a eu environ 12 prêtres qui se sont suicidés en 1 an. Le Canada a présenté un cas de migration et la réponse donnée par les fraternités dans ces cas. La République dominicaine a présenté l’expérience missionnaire de Mgr Lorenzo Vargas, membre de notre fraternité, dans une région pauvre de la République dominicaine, accompagnant les pauvres et luttant pour l’écologie, notamment en faveur des rivières, comme la société minière Barrik Gold voulait construire un barrage de résidus, ce qui contaminerait la communauté. La journée s’est terminée par l’Eucharistie présidée par le P. Abraham Apolinário de la République dominicaine et un délicieux dîner.

Le mercredi 21, après les laudes et l’adoration, présidées par les frères du Brésil, nous avons pris le petit déjeuner et continué avec la présentation des expériences missionnaires. Cela a commencé avec le P. John, des États-Unis, qui nous a présenté son expérience dans le diocèse de Pennsylvanie, qui, malgré son luxe, pense aux pauvres qui sont dans le besoin. De même, le P. Alex a présenté la réalité de la paroisse où il se trouvait, dans laquelle le prêtre s’est joint aux gens pour évangéliser, où 95% des gens étaient catholiques et hispaniques.

Le deuxième pays à présenter son expérience a été le Mexique. Le Père José Rentería nous a parlé de la pastorale avec les personnes handicapées, parmi lesquelles les sourds, muets et avec des conditions spéciales, exclus en raison de leur condition, dans sa paroisse San Bartolomeu de Guanajuato, Mexique. Un accompagnement pastoral avec les pauvres et les exclus, dans l’esprit du Frère Charles.

En continuant avec le Chili, le Père Juan Antonio González nous a présenté une expérience pastorale d’inculturation dans le monde mapuche, au sud du Chili, diocèse de Temuco, où existe un conflit entre l’État chilien et le peuple mapuche. Il nous a présenté l’Evangile en dialogue avec la culture mapuche. Pour parvenir à une plus grande inculturation, il est allé vivre parmi le peuple mapuche, et a travaillé dans l’agriculture, dans un potager et dans une entreprise de poulets. Il y vécut 8 ans.

Nous culminons les expériences missionnaires avec l’Argentine et le travail des frères avec des chimiodépendants à travers une institution appelée Família Grande Hogar de Cristo (La grande famille, Hogar du Crist). Ils ont 250 centres à travers le pays. Ils montrent que Dieu veut que nous portions du fruit, même imparfait. Il s’attache à prendre la vie comme elle vient. Il est inspiré par Jorge Bergoglio il y a 15 ans. Ils reçoivent des femmes et des hommes dans différentes situations de vie. Ils présentent également la pastorale de Guadalupe avec le P. Pepe, travaillant avec les exclus sexuels : transsexuels, homosexuels, lesbiennes, prostituées, sans-abri, etc. En outre, les mains ouvertes, où ils travaillent avec des enfants ayant des problèmes juridiques et avec des migrants. La pastorale Guadalupe est nouvelle et a récemment été officiellement présentée comme la pastorale du diocèse. Il existe un centre d’accueil pour ces personnes.

Après avoir écouté les expériences missionnaires, nous avons reçu un éclairage doctrinal sur le thème « La Mission à Fratelli Tutti », réalisé par notre frère Williams du Brésil.

L’après-midi nous avons travaillé en groupes autour de deux questions : quelles conclusions ressortent de la présentation des expériences missionnaires et des éclaircissements reçus, par rapport à notre mission de prêtres diocésains missionnaires ? Et quelles propositions missionnaires pouvons-nous donner à nos fraternités ?

Il a été proposé que dans nos Assemblées nationales nous reproduisions cette méthodologie, en présentant diverses expériences missionnaires qui se déroulent dans nos pays, pour éveiller ou promouvoir l’esprit missionnaire des frères. Il a également été suggéré que dans nos retraites, nous travaillions sur les attitudes spirituelles nécessaires pour augmenter l’esprit missionnaire et ainsi surmonter ce que le Pape appelle « la mondanité spirituelle » qui se traduit par une vie facile, la poursuite de l’argent, du sexe, etc. Il a également été proposé d’utiliser les moyens de la fraternité pour répondre aux besoins des pauvres et des exclus. Le groupe espagnol a déclaré qu’il conteste la formation monoculturelle de certaines maisons de formation. Il est proposé d’éviter l’esprit de clôture et de cléricalisme, l’indifférence aux souffrances de la nature et les attitudes patriarcales.

L’après-midi, nous sommes sortis en groupe pour visiter quelques paroisses de Cordoue. Nous avons célébré l’Eucharistie et avons dîné avec les curés et leurs communautés, qui nous ont accueillis avec beaucoup d’affection. Nous avons également fait le tour des zones territoriales des paroisses où nous nous trouvions. Ce fut une expérience exceptionnelle.

Le jeudi 22, nous avons commencé notre journée à l’heure habituelle à 7h30, par l’adoration et les Laudes. Après le petit déjeuner, nous nous sommes réunis pour écouter le message de salutations du P. Erick Lozada, Responsable International de notre Fraternité ; Nous avons également écouté un message de Mgr Ángel Rossi, archevêque de Cordoue, ainsi qu’un message de Mgr Rafael Felipe, évêque émérite de la République dominicaine, fondateur de la Fraternité dans ce pays. Soulignons également la présence de Mgr Ricardo Seirutti, évêque auxiliaire de Cordoue. Ensuite, nous avons reçu des conseils et avons commencé notre journée dans le désert. Certains l’ont fait dans la maison où nous logions et d’autres sont allés faire de la randonnée dans les montagnes ou autour de la maison. Le désert a duré jusqu’à 15h30, moment où nous nous sommes réunis en groupes, par langue, pour faire un bilan de vie et partager l’expérience de la journée du désert.

Après ce moment, suivi d’un café réconfortant, nous nous sommes retrouvés dans la salle de conférence pour écouter le rapport de gestion sur 6 ans (2016-2022), présenté par le P. Fernando Tapia, de la Fraternité du Chili. Ensuite, l’élection du nouveau Responsable continental pour l’Amérique a eu lieu, et le Père Carlos Roberto, de la Fraternité du Brésil,, a été élu avec 10 voix sur 15, au premier tour, exactement les 2/3 nécessaires pour être élu, selon nos statuts. La veille, le père Fernando avait invité tout le monde à se parler pour voir qui pourrait être le nouveau responsable de l’équipe continentale. Enfin, une tempête d’idées a été faite pour aider à la rédaction de la Lettre de Cordoue.

Après la messe et un délicieux dîner, nous avons eu une soirée culturelle partagée avec Cristina et Quique, un couple de chanteurs de La Rioja. Un de nos participants, Alex de la Fraternité des États-Unis, a dû voyager jeudi soir car il y a eu une erreur dans l’émission de son billet d’avion. Le nouveau responsable panaméricain, Carlos Roberto, a créé une équipe panaméricaine pour l’aider dans sa gestion, composée d’Alex (États-Unis), Mártires (République dominicaine) et Tino (Argentine).

Le vendredi 23, nous avons commencé, comme d’habitude, par l’adoration et la prière des laudes, coordonnées par les frères d’Argentine et du Chili, suivies d’un petit-déjeuner, puis nous avons révisé et corrigé la Lettre de Cordoue. Nous avons terminé la matinée par un bilan de la 3ème Assemblée, prenant en compte les thèmes suivants : organisation, méthodologie, hébergement, contenu, environnement et liturgie. Tout a été très bien apprécié, seuls quelques-uns ont exprimé que la maison était très froide. Tout a été très bien apprécié, seuls quelques-uns ont exprimé que la maison était très froide. Nous avons donc planifié la 4e Assemblée panaméricaine qui se tiendra au Brésil au début du mois de septembre de l’année 2026.

Dans l’après-midi, nous avons fait une agréable promenade dans la ville de Cordoue et célébré l’Eucharistie au Grand Séminaire de Cordoue. Nous avons clôturé notre Assemblée par un dîner le vendredi, car certains avaient déjà leurs billets pour le vendredi soir. Samedi, peu de personnes sont parties ce jour-là et d’autres sont restées quelques jours de plus à Cordoue.

Écrit par le Père Mario de la Cruz Campusano, Fraternité de la République Dominicaine.

Cordoue, 24 septembre 2022.

PDF: Rapport Assemblée Panaméricaine septembre 2022 fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.