ASSEMBLÉE EUROPÉENNE VÉRONE 2014

MESSAGE DE L’ASSEMBLÉE EUROPÉENNE VÉRONE 2014

Dans le splendide paysage de Sezano, près de Vérone, au milieu des vignes et des oliviers, notre assemblée a réuni, du 20 au 27 août 2014, 19 délégués de 10 pays, représentant les 1,600 membres de nos Fraternités d’Europe, auxquelles nous adressons notre cordial salut . Nous voulons partager dans ce message quelques fruits importants de notre échange .

1. Nous sommes en chemin avec le Peuple de Dieu en des temps nouveaux

Nos Églises d’Europe doivent vivre la confrontation avec l’indifférence religieuse de ses habitants, soit qu’ils aient peu à peu abandonné la foi, soit qu’ils ignorent totalement la grammaire élémentaire du christianisme.

L’Église est mise, en quelque sorte, à la périphérie de la société.

Les sociétés elles-mêmes sont déstabilisées sous les coups d’un capitalisme financier qui ignore les valeurs humaines et le souci de préserver l’environnement.

La réalité des migrations à cause du travail ou de l’asile, la présence toujours plus visible de l’Islam dans nos sociétés nous interpellent et parfois nous inquiètent.

Le ministère du pape François est en train de susciter espérance et confiance chez tous , croyants et non-croyants, et d’encourager les communautés écclésiales sur de nouveaux chemins.

2. Prêtres en chemin avec le Peuple de Dieu dans ces nouvelles situations, nous reconnaissons l’actualité du charisme du frère Charles de Foucauld.

Durant toute sa vie la passion pour Dieu l’a conduit à mettre Jésus le Christ au centre. Il a découvert dans l’Eucharistie et dans la Parole de Dieu la nourriture essentielle de sa vie.

– Sa découverte de l’importance salvifique de la vie cachée de Jésus à Nazareth l’a conduit à une vie de grande simplicité et de proximité avec les pauvres.

Sa passion pour l’Évangile “ à crier par toute sa vie” l’a conduit à privilégier les rencontres, les conversations, l’amitié et le devoir de connaitre la culture de l’autre comme chemin pour la mission.

A l’avance il a fait siennes les grandes intuitions du concile Vatican II qui sont la boussole de notre Église : la Parole de Dieu ( Dei Verbum), l’Eucharistie comme source et sommet (Sacrosanctum Concilium), la mission et le mystère de l’ Église ( Lumen Gentium) ; l’humanité concrète à aimer ( Gaudium et spes ) .

3. Dans le sillage de frère Charles nous nous sentons appelés à prendre résolument le chemin que le pape François propose au Peuple de Dieu:

Appelés à nous enraciner dans le Christ pour que nos vies aient la saveur de l’ Évangile, en redécouvarnt la valeur du “désert”.

– Appelés à prendre notre part pour que l’ Église soit “ en sortie” et devienne plus missionnaire.

Appelés à privilégier les rencontres , l’écoute, le dialogue – avec l’Islam, les autres religions et les non-croyants- pour ainsi rejoindre les “périphéries”.

Appelés à avoir un style de vie simple, qui nous rende accessible aux plus pauvres, proches du peuple, imprégnés de “ l’odeur des brebis”

Appelés à garder notre coeur ouvert aux joies et aux angoisses de notre vaste monde, attentifs au travail de l’Esprit-Saint .

– Appelés, en tant que Fraternité, à être artisans de communion dans nos presbytériums traversés par diverses sensibilités pastorales et marqués par la présence de prêtres “ venus de loin ”.

4. Durant notre assemblée

a) Nous nous sommes réjouis, dans l’action de grâce, pour la présence parmi nous de notre frère Gianantonio Allegri, récemment libéré après 57 jours de captivité aux mains de Boko Haram . Il nous a partagé “ le trésor caché dans le champ” de cette dure expérience.

b) Nous avons écouté l’expérience des Fraternités de l’Afrique francophone, qui venaient de vivre le mois de Nazareth et sont une espérance. Nous avons reçu l’appel à renforcer nos liens et nos échanges entre les Fraternités des divers continents, qui peuvent nous enrichir à travers le partage de préoccupations communes comme le dialogue avec les musulmans ( qui sera le thème d’une rencontre à Viviers du 13 au juillet 2015) ou l’expérience d’une vie fraternelle en contexte de violence.

Nous nous sommes mis à l’écoute de divers témoins ( laïcs, religieux et religieuses) de la grande famille foucauldienne : cette expérience nous a convaincu de renforcer nos liens ave elle, dans la fidèlité aux intuitions de frère Charles qui, pour l’avangélisation, comptait pleinement sur la collaboration des laïcs.

c) Dans le contexte du centenaire de la première guerre mondiale, nous avons fait une visite-pélerinage sur le Monte Grappa, où reposent 25 000 soldats de toute l’Europe morts dans les batailles : elle nous a fait ressentir l’appel à approfondir dans nos Fraternités la culture obstinée de la paix, à l’heure où “ le carnage inutile de la guerre” ( Benoit XV en 1917 ) se répète aux portes de l’Europe (en Ukraine et au Moyen-Orient : nous avons écouté l’expérience d’un frère irakien, qui nous a entrainés dans le récit des souffrances de son peuple , nous demandant de prier pour lui).

d) Devant les multiples défis et les résistances de notre temps , la parole de frère Charles nous encourage :

Les difficultés sont le signe qu’une chose plait à Dieu. La faiblesse des moyens humains devient une source de force . Dieu se sert des vents contraires pour nous conduire au port”.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.